Rechercher
  • bapa20

L’immense tableau d’Edouard Gautreau ira au Musée de Kent

Entreposé dans un sous-sol d’école à Shédiac depuis 40 ans



Bouctouche, Nouveau-Brunswick, le 21 mai 2020 – Un immense tableau de la Déportation peint par Edouard Gautreau en 1931 et entreposé depuis 40 ans dans un sous-sol d’école à Shédiac sera bientôt déménagé au Musée de Kent à Bouctouche. Une première exposition de l’œuvre est prévue cet été à l’occasion du 140ème anniversaire de la construction de l’ancien Couvent de Bouctouche.

Récupéré et sauvegardé par la Société historique de la Mer Rouge (SHMR) en 1980, cet ancien rideau de scène mesure 10 pieds par 18 pieds (3 mètres par 5,5 mètres). Placé depuis plus de 30 ans dans un grand tuyau pour assurer sa conservation, la dernière fois que le tableau a été vu remonte à 2018 quand les feuilles de papier inoxydables qui l’enveloppe ont été remplacées. Le tableau a récemment été légué à l’œuvre de bienfaisance Nation Prospère Acadie qui en fait prêt au Musée de Kent afin de la mettre en valeur. Nation Prospère s’est également engagée à mener des efforts de financement dans le but de restaurer et de conserver l’œuvre.

Le président de la SHMR, Armand Robichaud, connait très bien l’histoire de ce précieux trésor pour avoir été impliqué dans l’effort de sa conservation depuis les tous débuts. Étant donné son immense taille et l’importance des fonds à rassembler pour le restaurer, estimés à l’origine à environ 100 000 $, la SHMR n’a jamais réussi à compléter le projet. « La décision du Musée de Kent d’accueillir ce tableau nous réjouit énormément, » affirme M. Robichaud. « Ils ont à Bouctouche l’espace suffisant pour l’exposer ce qui leur permettra de valoriser cet objet du patrimoine acadien, » souligne-t-il.

Le président du Musée de Kent, Pierre Cormier et le directeur général de Nation Prospère, Daniel LeBlanc, sont bien conscients du défi qui les attend et l’état de détérioration dans lequel pourrait se trouver ce tableau. « Nous prévoyons procéder par étape avec ce projet, » souligne M. LeBlanc, « en commençant d’abord par le monter sur un grand cadre spécialement conçue pour l’exposer. Une experte en restauration d’œuvres d’art participera à cet exercice et un plan développé pour sa conservation future. Dans le pire des scénarios, si l’œuvre ne peut être adéquatement restaurée, elle sera exposée comme relique historique, » conclut-il.

7 vues

© 2020 Nation Prospère Acadie. Tous droits réservés.

BAPA-Couleur-Horizontale.png